Rééducation de B. 12 ans

B. en 6ème est venu pour gagner en lisibilité. Son assiduité et sa volonté lui ont permis d’atteindre cet objectif. Bravo à lui et à ses parents qui l’épaulent au quotidien!

Son parcours

Enfant dyspraxique, B. a aussi une dysgraphie, résultant de ce trouble des praxies. Il a été diagnostiqué en primaire et formé à l’utilisation de l’informatique pour palier sa lenteur d’écriture.

Au collège, il utilise son ordinateur portable mais il a tout de même besoin d’écrire à la main à certains moments: par exemple, lorsqu’il doit noter ses devoirs ou pour certaines interrogations non prévues sur support informatique.
Il est venu me voir afin d’améliorer vitesse et lisibilité car il ne parvient pas toujours à se relire, tout comme ses professeurs ou ses parents.

Dans le cas d’une dyspraxie, le geste ne peut pas s’automatiser. Ceci a bien été expliqué à l’adolescent et à sa famille dès le premier échange téléphonique. En revanche on peut améliorer la lisibilité en revoyant la tenue, les formes et en agissant sur la disposition des mots sur le papier (espaces entre les lettres, entre les mots, tenue de ligne).

L’objectif était donc de gagner en lisibilité et rapidité pour les courtes prises de note tout en continuant le travail de maîtrise de l’ordinateur (environnement, rapidité de frappe…).

Sa tenue

B. a dû corriger sa tenue en renforçant la pince pouce-majeur afin de limiter la pression lors de l’écriture.
Il a aligné main et stylo dans l’axe du bras afin de gagner en mobilité.

La feuille a été légèrement penchée afin que le corps ne soit pas une gêne.
Il a compris aussi comment vérifier que la hauteur de la table était adaptée (le haut du bureau doit se situer à 1-2 cm au-dessus du coude). En effet, la position de travail est primordiale pour le confort d’écriture, pour les petits comme pour les grands.

Son écriture

43 caractères / minute
88 caractères / minute
10ème séance

Son écriture était très grande et lente. Le travail sérieux dans lequel il s’est engagé lui a permis de réduire la dimension des lettres, de mieux tenir sa ligne. Les lettres mieux proportionnées ont aussi amélioré la lisibilité.
Ainsi sa vitesse d’écriture a augmenté et lui permet désormais de prendre des notes dans les temps.

Ses professeurs avaient du mal à le relire, ce qui le pénalisait notamment lors des évaluations.
Mais ça, c’était avant 🙂


L’écriture à la main, nécessaire au quotidien!



AUTRES ARTICLES

S’ABONNER AU BLOG

Publié par Claire Dubost

Après une carrière dédiée au soutien scolaire et à la formation professionnelle, j'ai coordonné au sein d'un réseau d'établissements privés les équipes, les paramédicaux et les familles d'élèves porteurs de handicaps. J'ai complété mes connaissances acquises en autodidaxie par le DU P.A.T.A. (proprioception, action et troubles des apprentissages) de l'université de Bourgogne proposé par le Docteur Patrick Quercia. Je suis aussi diplômée du Cours Danièle Dumont en tant que rééducatrice de l'écriture. Aujourd'hui j'interviens en enseignement spécialisé et propose des services de conseils, formations et cours particuliers à destination de publics atteints de troubles dys, de précocité, de TDAH ou présentant des difficultés passagères. Mon cabinet se situe à Vernioz (38150), au sud-est de Vienne en Isère.

%d blogueurs aiment cette page :